conservation des produits cosmétiques : conservateurs en cosmétique
février 22, 2022

La conservation des produits cosmétiques

Un produit cosmétique est une substance ou un mélange de substances répondant à la définition de l’article 2 du règlement (CE) n°1223/2009 dit « règlement cosmétique », texte réglementaire qui encadre la mise sur le marché des produits cosmétiques.

Les différents ingrédients composant le produit assurent différentes fonctions. Ils sont donc très variés et sont regroupés en plusieurs familles.

Qu’ils soient d’origine naturelle ou synthétique, ceux-ci apportent de la texture ou servent à stabiliser, conserver, faire mousser…On peut donc y retrouver de l’eau, des huiles, des agents de texture, des actifs, des colorants, des parfums, des conservateurs…qui ont tous une fonction bien précise dans la formulation du produit.

Et quel est le rôle des conservateurs dans la formulation du produit ?

Les conservateurs sont quant à eux ajoutés si besoin dans la formule afin de garantir la bonne conservation du produit cosmétique et éviter d’éventuelles contaminations pendant l’utilisation normale par le consommateur. Sans conservateur, en effet, il pourrait être contaminé par des microbes à l’origine d’irritations et d’infections, notamment en cas de contact avec une peau sensible ou irritée. Ils permettent donc au consommateur de bénéficier d’un produit sûr pendant toute sa durée de vie.

Certains produits peuvent néanmoins être formulés sans conservateur s’ils présentent des caractéristiques spécifiques qui empêchent la prolifération des microorganismes : les produits à teneur élevée en alcool, les produits à usage unique ou encore ceux enfermés dans un contenant parfaitement hermétique ou utilisant une technologie spécifique type stérilisation UHT (Ultra Haute Température).

Que dit la réglementation vis-à-vis des conservateurs ?

Le règlement (CE) n°1223/2009 définit un agent conservateur comme une substance exclusivement ou principalement destinée à empêcher le développement de micro-organismes dans le produit cosmétique.

A noter qu’il existe une liste positive de conservateurs pouvant être utilisés dans les produits cosmétiques. Et c’est précisément à l’annexe V de ce règlement que l’on peut les retrouver. Cette liste fixe en effet les concentrations, limites d’utilisation et les précautions d’emploi à respecter.

D’un point de vue réglementaire, tout produit cosmétique mis sur le marché doit être capable de se protéger d’une contamination microbienne externe.

Cela se vérifie par le biais de ce que l’on appelle un challenge test qui est une technique expérimentale dont l’objectif est de démontrer l’efficacité du système de conservation pendant la durée de conservation et d’utilisation du produit. Pour cela, des micro-organismes sont volontairement ajoutés au produit fini. C’est l’étude de leur évolution pendant environ 4 semaines qui permettra de déterminer la durée de vie du produit.

Ainsi, conformément à l’annexe I du règlement cosmétique, la partie A du rapport sur la sécurité du produit cosmétique doit entre autres contenir les résultats du challenge test pour la conservation. Ces résultats sont alors à inclure dans le Dossier d’Information Produit (DIP).

L’absence de challenge test dans le DIP doit quant à elle être justifiée auprès des autorités de contrôle, et les raisons ayant poussé à un tel choix doivent faire l’objet d’explications bien étayées.

Cependant, certains produits comme les produits anhydres, les produits à forte teneur en alcool, les produits conditionnés dans un contenant ne permettant pas de contamination lors de l’utilisation.. présentent un très faible risque de contamination microbiologique et ne nécessitent donc pas la réalisation d’un challenge test.

Qu’en est-il de la durée de conservation de mes produits ?

Tout comme les produits alimentaires, les produits cosmétiques ont aussi une date d’expiration. 

Cette date traduit la date limite d’utilisation du produit et varie d’un type de produit à un autre. Elle assure ainsi aux consommateurs une information très précieuse qui se trouve à la fois sur l’emballage primaire (tube, flacon…) mais aussi sur l’emballage secondaire (étui…) du produit.

Ces règles d’information du consommateur sont prévues par l’article 19 du règlement cosmétique relatif à l’étiquetage des produits.

Ainsi, il existe deux types de date de péremption pour les produits cosmétiques selon que la date de durabilité du produit est inférieure ou supérieure à 30 mois :

La Date de Durabilité Minimale (DDM) (anciennement Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO)) qui est obligatoire pour les produits dont la durabilité n’excède pas 30 mois. Il s’agit de la date de péremption avant ouverture et correspond à la date jusqu’à laquelle le produit continue à remplir sa fonction initiale et reste conforme aux exigences de sécurité pour la santé.  La date ou l’indication de l’endroit où elle se trouve est annoncée par la mention « à utiliser de préférence avant fin » ou par le symbole du sablier.  L’indication de celle-ci peut se faire sous différentes formes et se compose dans l’ordre soit du mois et de l’année, soit du jour, du mois et de l’année. En cas de besoin, ces mentions sont complétées par l’indication des conditions qui doivent être remplies pour assurer la durabilité indiquée.

A noter que l’indication de cette date n’est pas obligatoire pour les produits cosmétiques dont la DDM excède 30 mois.

La Période Après Ouverture (PAO) qui est obligatoire pour les produits dont la durabilité excède 30 mois. Il s’agit de la période pendant laquelle le produit cosmétique peut être utilisé sans aucun risque après l’ouverture, c’est-à-dire la durée d’utilisation optimale après ouverture sans dommages pour le consommateur. Cette information est indiquée sous la forme d’un symbole représentant un pot ouvert suivi de la durée d’utilisation (exprimée en mois et/ou années).

Cependant, cette exigence ne s’applique pas lorsque le concept de durabilité après l’ouverture n’est pas pertinent, comme pour les produits à usage unique, les produits ne présentant pas de risque de dégradation (cas des parfums dû à la forte teneur en alcool) ou encore pour les produits qui ne s’ouvrent pas (par exemple les aérosols).

A noter que même si l’emballage du produit fournit de précieux renseignements, tout changement de texture, d’odeur ou de couleur doit vous alerter et vous amener à cesser l’utilisation du produit.

 

Vous recherchez un prestataire capable de vous aider dans la revue de vos étiquetages ? N’hésitez pas à contacter AP COSMETIC CONSULT en remplissant le formulaire ici.

7 thoughts on “LA CONSERVATION DES PRODUITS COSMETIQUES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.