mention hypoallergénique cosmétique : allégations cosmétiques
janvier 24, 2022

La mention hypoallergénique en cosmétique

Sur la plupart des produits ou publicités cosmétiques, des allégations sont faites. Qui n’a pas déjà acheté une crème de jour revendiquant des propriétés hydratantes, un gel douche sans savon ou encore un lait corps à X% d’origine naturelle ?

Rappel sur les allégations cosmétiques

Les allégations cosmétiques mentionnées dans l’article 20 du règlement (CE) n°1223/2009 dit règlement cosmétique sont encadrées en Europe par le règlement (UE) n°655/2013 établissant les critères communs auxquels les allégations relatives aux produits cosmétiques doivent répondre pour pouvoir être utilisées.

L’article 1 du règlement (UE) n°655/2013 définit les allégations comme « des textes, dénominations, marques, images ou autres signes figuratifs attribuant explicitement ou implicitement des caractéristiques ou fonctions au produit et utilisées à l’occasion de l’étiquetage, de la mise à disposition sur le marché et de la publicité de produits cosmétiques ».

Elles peuvent donc être présentes sur différents supports (packaging, internet, publicité…) et permettent d’informer les consommateurs sur les caractéristiques et propriétés des produits cosmétiques. Elles ont également pour but de se différencier de la concurrence et stimuler l’innovation.

Elles doivent être utiles, compréhensibles et fiables et permettre ainsi aux consommateurs de décider en connaissance de cause et de choisir les produits qui correspondent le mieux à leurs besoins et attentes.

Toute revendication doit par ailleurs être justifiée et se limiter aux produits cosmétiques.

Et qu’en est-il de la mention hypoallergénique que l’on retrouve en cosmétique sur de nombreux produits ?

Focus sur la mention hypoallergénique

D’après l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP) française qui est chargée de surveiller les allégations utilisées par les fabricants de cosmétiques dans les publicités, le terme “hypoallergénique” est le seul mot dérivé d’allergie qui puisse être utilisé, sans explication particulière, pour qualifier des produits conçus de manière à minimiser le plus possible les risques d’allergie.

En effet, tous les autres termes dérivés du mot “allergie” sont interdits. Le terme “allergie” ne peut être utilisé qu’avec une grande prudence.

La mention hypoallergénique fait référence à un produit spécialement formulé pour minimiser les risques d’allergies liés à son utilisation.

Toutefois, cela ne veut pas dire que le produit cosmétique concerné peut éviter totalement toute éventualité de réaction cutanée ou de sensibilisation.

Pour éviter l’usage abusif de certaines allégations sur les produits cosmétiques comme l’allégation hypoallergénique et parce que celle-ci ne répondait à aucune charte, un cadre réglementaire a été instauré.

Ainsi le 1er juillet 2019, de nouvelles règles sur les allégations cosmétiques sont entrées en vigueur apportant notamment un cadre plus clair pour la mention hypoallergénique.

L’ARPP publiait en effet en octobre 2018 une huitième version de « La recommandation Produits Cosmétiques » faisant suite à la publication du Document Technique européen sur les allégations cosmétiques (Technical document on cosmetic claims) le 3 juillet 2017 et répondant ainsi à l’ensemble des critères communs établis par le Règlement (UE) n° 655/2013 (conformité avec la législation, véracité, éléments probants, sincérité, équité, choix en connaissance de cause) .

D’après ces recommandations, pour pouvoir se revendiquer comme hypoallergénique, le produit doit respecter les critères suivants :

-ne pas contenir d’allergènes ou précurseurs d’allergènes connus, en particulier les substances ou les mélanges de substances :

*identifiés comme sensibilisants par le CSSC (Comité Scientifique pour la Sécurité des Consommateurs)

*identifiés comme sensibilisants cutanés par d’autres comités officiels d’évaluation des risques

*relevant de la classification des sensibilisants cutanés de la catégorie 1, sous-catégorie 1A ou sous-catégorie 1B, sur la base des nouveaux critères fixés par le règlement (CE) N° 1272/2008 dit règlement CLP (règlement relatif à la classification, à l’étiquetage et à l’emballage des substances et des mélanges)

*identifiés par l’entreprise dans le cadre du suivi de la cosmétovigilance du produit

*généralement reconnus comme sensibilisants dans la littérature scientifique

*pour lesquels il manque des données pertinentes sur leur potentiel de sensibilisation

-ne doit pas donner l’impression de garantir l’absence totale de risque de réaction allergique

De plus, le potentiel allergène très faible du produit devra être vérifié et confirmé grâce à des données scientifiquement et statistiquement valides.

Le choix des ingrédients doit alors se faire de manière à minimiser les risques d’allergies.

A noter que ces recommandations sont des directives pour l’industrie cosmétique, sur lesquelles se base les autorités de contrôle françaises pour contrôler les professionnels du secteur.

 

Vous êtes à la recherche d’un prestataire pouvant vous accompagner et vous conseiller sur la partie allégations (revue étiquetage, gestion et coordination des tests…) ? AP COSMETIC CONSULT est là pour vous aider. Pour nous contacter, cliquez ici sur le lien.

2 thoughts on “LA MENTION HYPOALLERGENIQUE EN COSMETIQUE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.